mercredi 23 décembre 2009

MESSAGE DE NOËL 2009 DU CENTRE SABÎL

Le Message de la Crèche

« Ce sera un signe pour vous : Vous trouverez un enfant enveloppé dans des linges, et couché dans une crèche ». Et soudain, il y eut autour de l’ange la multitude céleste, louant Dieu en ces mots: « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur le terre pour ceux que Dieu aime. » (Luc 2/12-14)

Tel fut, dans le récit de Noël, le signe donné pour trouver l’enfant-Messie : Il serait enveloppé de linges et couché dans une crèche. Trois messages importants nous sont adressés à partir de cette crèche :

1- En Christ, Dieu devient accessible. Jésus-Christ est né dans une crèche (mangeoire), et il rend Dieu approchable, atteignable, à la portée de tout le monde. C’est là le grand signe de l’amour de Dieu.
2- La crèche est aussi le signe que ce Messie est d’une espèce particulière. Le signe visiblement paradoxal que le Christ soit couché dans une crèche ne convient pas bien à la naissance du grand chef que l’on attendait, de la lignée et de la descendance du grand ancêtre David. La crèche évoque la docilité, l’humilité, l’amour qui se donne, et la non-violence.
3- Le Christ de la crèche apporte la paix par la justice et non par la violence. L’évangile de Luc utilise des titres que tout le monde attribuait à l’empereur César – libérateur, sauveur, seigneur et dieu – et il les applique à Jésus-Christ. Le contraste entre les deux figures est énorme à vues humaines. Pour la communauté chrétienne primitive, comme pour nous, Jésus-Christ est l’authentique Sauveur et Seigneur. César avait apporté la paix par des moyens militaires très coûteux en termes de vies humaines et de biens matériels. Et une telle paix est toujours précaire. Le Christ peut apporter une paix de justice et d’amour qui est, elle, solide et durable quand on la met en œuvre, et quand on la pratique. C’est ce dont il s’agit avec la foi chrétienne, et c’est pourquoi, depuis le Christ jusqu’à nos jours, nombreux sont ceux qui ont osé défier des Césars.

La lecture du récit de Noël avec des yeux palestiniens, et à la lumière de notre expérience quotidienne, est révélatrice. Nous vivons dans l’ombre d’un empire dont l’Etat d’Israël moderne fait partie. Il est facile pour les palestiniens de rapprocher leur situation d’oppression, sous l’occupation israélienne, de ce que les gens du temps de Jésus vivaient sous l’occupation sauvage des Romains, dans une oppression et une humiliation quotidiennes.

L’Empire parle toujours de paix, mais sa paix est fausse et temporaire. Sa paix est imposée. Elle est le prolongement de l’oppression de sa puissance militaire. Elle ne peut pas durer parce qu’elle est bâtie sur l’injustice. Le discours israélien sur la paix est un mirage qui va bientôt disparaître. Tout le monde est frappé par la criarde réalité de l’injustice, de la violence et de l’humiliation. On ne peut pas se fier à une telle paix.

La paix du Christ est bâtie sur la justice, et elle s’acquiert par la non violence et par l’amour. On peut s’y fier. Aussi, l’occupation injuste et illégale doit prendre fin. Faire justice aux palestiniens, c’est garantir la réalisation d’une paix juste. Au moment de Noël, nous avons besoin de nous enraciner dans la libération apportée par le Christ, et de progresser sur le chemin de la paix par la justice et la non violence.

Le Centre Sabîl souhaite à tous ses amis un Joyeux Noël, et une Heureuse Nouvelle Année.
Puisse le message de la crèche inspirer nos activités tout au long de l’année venir.

mercredi 16 décembre 2009

Prière pour le jeudi 17 décembre

Ø Le 27 décembre, il y aura un an qu’a commencé la campagne massive d’Israël contre Gaza causant plus de 1400 morts et la destruction de beaucoup des infrastructures de Gaza. Aujourd’hui, Gaza est toujours assiégée. C’est notre prière qu’il soit mis fin à cette captivité inhumaine. Puissions-nous être témoin d’une résistance non violente de plus en plus forte à cette oppression.

Ø Vendredi dernier, des colons ont mis le feu à une mosquée à Yasuf, près de Naplouse. Cela, comme d’autres agressions, témoignent des violentes réactions chez les colons aux discussions d’Israël concernant un gel plus strict de la colonisation. Prions pour que l’ensemble de la population d’Israël prenne conscience qu’un arrêt de la colonisation serait un pas en avant vers une paix juste.

Ø Nous rendons grâce pour la publication du document Kairos, “Un moment de vérité”, la semaine dernière à Bethléem dans lequel des Chrétiens palestiniens appellent les Chrétiens du monde entier à les rejoindre dans leurs efforts pour mettre fin à l’occupation israélienne. Les réactions d’Églises du monde entier, et aussi celles de Juifs et de Musulmans, ont exprimé leur soutien à ce document. Puisse ce document qui arrive à propos inciter des gens de toutes confessions à œuvrer pour la justice et la paix en Palestine et en Israël ainsi que dans leurs propres pays.
Pour plus d’information sur le document Kairos, vous pouvez aller sur le site www.kairospalestine.ps (en anglais) et aussi sur le site www.chretiensdelamediterranee.com (en français).
Ps : Vous trouverez aussi les documents KAIROS [= « un moment (de vérité) »] et sa présentation sous la rubrique des documents à consulter.

Ø Sabîl organise son dîner annuel de Noël à Jérusalem ce dimanche. Ce sera l’occasion de rassembler diverses communautés chrétiennes pour célébrer le message d’amour du Christ. Prions pour que ce soit un temps béni d’amitié et de réengagement dans notre témoignage en faveur d’une paix juste.

samedi 12 décembre 2009

Azzam Berlanty, le 9 décembre

De Amira Hass, correspondante du journal israélien Haaretz : rubrique Moyen Orient, nouvelles israéliennes.
La haute Cour de justice a décidé mercredi 9 décembre de refuser à une étudiante palestinienne citoyenne de Gaza, étudiante à Bethléem, de terminer ses études pour l’obtention d’un diplôme universitaire en Cisjordanie. Berlanty Azzam, 22 ans, a résidé en Cisjordanie depuis 2005 et n’a plus que deux mois d’études à faire pour obtenir son diplôme de gestion des entreprises, mais, fin octobre, les autorités israéliennes l’ont expulsée à Gaza en prétendant qu’elle séjournait illégalement en Cisjordanie. Azzam a protesté contre son expulsion, assistée par Gisha, une association juridique israélienne pour la liberté de déplacement, mais la Haute Cour a accepté la décision de l’Autorité israélienne de refuser à Azzam l’entrée en Cisjordanie pour y poursuivre ses études. Les autorités n’invoquent aucune accusation relative à la sécurité à l’encontre d’Azzam. Concernant la déclaration qu’elle était une étrangère en situation illégale en Cisjordanie, l’association Gisha a déclaré qu’elle était venue dans la région de façon légale, avec un permis d’entrée en Israël qui lui avait été délivré par le commandement local de l’armée israélienne, après un contrôle de sécurité minutieux. La Haute Cour a admis la prétention d’Israël que Azzam était entrée illégalement en Cisjordanie, du fait que le permis l’autorisait à entrer à Jérusalem, non en Cisjordanie. Pendant les 4 années où elle a vécu et étudié en Cisjordanie, Azzam a effectué plusieurs demandes de changement d’adresse de Gaza à Bethléem. D’après les accords d’Oslo, l’Autorité Palestinienne a le pouvoir de modifier l’adresse de ses citoyens sur leurs cartes d’identité, avec la simple obligation d’en informer les autorités israéliennes. Mais depuis la conclusion de l’accord, Israël a refusé d’accepter que l’Autorité Palestinienne change une adresse de Gaza pour la Cisjordanie et a conservé un monopole concernant l’acceptation ou le refus d’une demande de changement d’adresse. Depuis l’année 2000, Israël a aussi refusé de permettre aux résidents de Gaza d’étudier en Cisjordanie. On estime qu’il y a actuellement plus de 25.000 Palestiniens natifs de Gaza qui vivent en Cisjordanie et qui tous se sont vus refuser de changer leur adresse sur leur papiers d’identité.

jeudi 10 décembre 2009

Nouvelles de Berlanty connues à Bethléem le mardi 8 décembre à midi

Dimanche 6 Décembre à 10h

Les avocats de l’armée israélienne ont remis un rapport sur l’état de leurs recherches de documents à l’appui de leur position comme il le leur était demandé pour dimanche à 10h – et les avocats de l’armée ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas trouver la demande de quitter Gaza faite en 2005 par Berlanty et qu’ils ne pouvaient pas trouver une copie de la permission accordée à Berlanty en 2005.
La décision de la cour a été que les avocats de Berlanty avaient jusqu’à lundi 7 décembre pour répondre au rapport de l’armée.

Lundi 7 Décembre

Les avocats de Berlanty ont remis leur réponse dans laquelle ils notent entre autres choses :
- Puisque l’armée ne peut pas trouver les documents sur lesquels elle se fonde pour prétendre que Berlanty se trouvait de façon illégale en Cisjordanie depuis 2005, la cour devrait se prononcer en faveur de Berlanty, l’armée ne pouvant fournir aucune preuve à l’appui de sa demande
- En 2005, Berlanty a demandé au patriarche grec-orthodoxe de l’aider à obtenir un permis de déplacement pour venir étudier à l’université de Bethléem. Il ne lui était pas permis de faire cette demande directement aux autorités israéliennes à l’époque parce que les autorités israéliennes n’acceptaient pas de demandes de la part d’“individualités” – mais seulement de la part d’organisations. Berlanty avait demandé au patriarche de chercher à lui obtenir un permis pour qu’elle puisse étudier à l’université – elle ne sait pas ce que le patriarche a réellement écrit dans sa demande puisque les Israéliens ne permettaient pas aux étudiants de déposer eux-mêmes une demande. Elle ne sait pas ce que le patriarche a dit aux Israéliens, mais elle sait parfaitement ce qu’elle a dit au patriarche.

Lundi et mardi 7 et 8 décembre

Quelques appels téléphoniques à l’avocat de Berlanty à Gisha (association israélienne de défense des Palestiniens) nous ont seulement permis d’apprendre que l’on ignore quand la Cour va arrêter sa décision. Nous devons attendre. “Nous vous appellerons ” nous a dit l’avocat, “vous serez les seconds à être informés – après Berlanty.”

Je vous remercie pour votre soutien fidèle en aidant la jeunesse de Palestine à suivre un enseignement supérieur de qualité.
Pendant ce temps de l’Avent, continuons à penser à Berlanty Azzam qui a été détenue, les yeux bandés et menottée, par l’armée israélienne qui l’a transférée de Bethléem à Gaza. Veuillez prier avec le prophète Isaïe :
“L’esprit du Seigneur est sur moi, car le Seigneur m’a conféré l’onction ; il m’a envoyer porter une bonne nouvelle aux pauvres, panser ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur libération et aux prisonniers leur élargissement…” (Is. 61, 1)

Berlanty espère la liberté et son élargissement de la prison de Gaza. Elle a déclaré “Je rêve du jour où je pourrai reprendre mes études. Je suis inquiète et j’ai peur de ce qui pourrait arriver et j’espère que mon droit à l’éducation ne sera pas violé.”
Prions pour que le Seigneur puisse venir créer une nouvelle terre où il y aura la justice et la paix. Puisse la venue de Jésus apporter espoir et guérison à tous !
Et ainsi, nous attendons – encore et encore – dans l’espérance et la prière. En ce temps de l’Avent, nous attendons avec patience que le “Prince de la paix” vienne parmi nous.
Merci encore pour vos prières et votre soutien.

Frère Jack Curran


Parallèlement à ce message du frère Jack, l’un de nos correspondants a reçu le message suivant de l’ambassade israélienne en France :

Mlle Berlanty a quitté Gaza avec un permis de résidence temporaire de 4 jours à Jérusalem pour des raison de culte.
Que ce permis ne permet pas de séjourner en Cisjordanie
Que sa demande de permis d'étudiant avait été rejetée en 2005
Que la haute cour de justice peut trancher sur l'autorisation de séjour, moyennant une caution élevée.

mercredi 9 décembre 2009

Prière pour le jeudi 10 décembre

Ø Le Forum Œcuménique Palestine Israël du Conseil Œcuménique des Églises va tenir ses rencontres à Bethléem ce weekend. Parallèlement, vendredi, des Chrétiens palestiniens vont publier un document intitulé “Un moment de vérité” élaboré par des théologiens et des laïcs. Le document exprime clairement les responsabilités qu’ont les Palestiniens locaux, la communauté internationale et les Églises d’agir en coopération pour mettre fin à l’injuste occupation israélienne.

Ø Ce mardi, les Ministres des Affaires Étrangères de l’Union Européenne se rencontrent à Bruxelles pour discuter une proposition de reconnaissance de Jérusalem comme capitale du futur état palestinien et d’Israël. Rendons grâce pour la reconnaissance par l’Union Européenne que la situation actuelle à Jérusalem doit changer. Prions pour qu’une paix durable fondée sur la justice vienne à cette ville.

Ø Samedi, les jeunes adultes de Sabîl vont visiter le pavillon pédiatrique de l’hôpital Augusta Victoria sur le Mont des Oliviers pour passer du temps avec des enfants de toute la Palestine qui luttent contre le cancer ou sont dialysés. En cette période de vacances, nous rendons particulièrement grâce pour toutes les personnes et toutes les organisations qui affrontent les démarches compliquées dues aux restrictions de permis pour apporter réconfort et soins aux malades.

Ø La semaine passée, les musulmans de Jérusalem ont effectué leurs prières du vendredi dans le quartier de Sheikh Jarrah pour témoigner leur solidarité avec les gens de ce quartier qui sont expulsés de leurs maisons par les tribunaux israéliens, la municipalité de Jérusalem et des colons juifs. Après les prières, des militants de la paix israéliens ont organisé une marche devant les colonies. Prions pour que le dynamisme en faveur d’une résistance non violente à l’occupation continue à croitre, à la fois en Palestine, en Israël et partout dans le monde

samedi 5 décembre 2009

Nouvelles de Berlanty Azzam

2 Décembre 2009

Voici l’essentiel des dernières informations communiquées depuis Bethléem par le frère Jack, vice président de l’université, concernant la situation de la jeune étudiante Berlanty Azzam.

Remerciement pour les courriers reçus et les interventions faites auprès de diverses autorités de plusieurs pays.
Berlanty n’est toujours pas de retour à Bethléem et doit encore rester à Gaza, 35 jours après son enlèvement.
Lors de l’audience du lundi 30 novembre, la haute Cour n’a pas consenti à exiger de l’armée son retour à Bethléem pour y terminer ses études mais a permis qu’elle soit ramenée à Gaza pendant que la Cour étudie la question.
Trois heures après l’audience du lundi 30 novembre, la Cour a formulé une demande à l’armée pour “qu’elle tente encore de trouver les documents concernant sa demande de 2005 et le permis qui lui a été délivré” et qu’elle soumette à la Cour un compte rendu actualisé des efforts à cet effet au plus tard le 6 décembre 2009 à 10h.
J’ai scrupule à vous demander d’écrire une fois encore – mais une fois encore je m’y sens obligé ; cela a tellement d’importance pour Berlanty et pour son avenir. Pouvez-vous envisager d’écrire encore une fois à :

- L’ambassade israélienne de votre pays :
- Consul général US à Jérusalem, David Rubinstein UsConGenJerusalem@state.gov
- Major General (Res.) Amos Gilad, Israeli Coordinator of GovernmentActivities in the Territories (COGAT) - cogatspokesman@gmail.com
- Vos élus dans votre pays

Vous pouvez leur rappeler que La jeune étudiante de 22 ans Berlanty Azzam qui achève ses études à l’université de Bethléem où elle est inscrite depuis 2005 a été arrêtée le 28 octobre à l’occasion d’un contrôle et transférée sans ménagements, les yeux bandés et les mains liées, par l’armée à Gaza. Elle n’est accusée d’aucun acte répréhensible et avait obtenu un permis pour se rendre de Gaza à Bethléem en 2005. Elle se trouvait donc de façon tout à fait régulière à Bethléem, avec pour seul tort que ses papiers d’identité portaient Gaza comme lieu de naissance.

Deux audiences de la Haute Cour ont été tenues au cours desquelles la Haute Cour a demandé à l’Armée de lui permettre de revenir à l’université de Bethléem terminer ses études, son examen de fin d’études étant prévu dans quelques semaines. Cette université, sponsorisée par le Vatican, est dirigée par les frères des Écoles Chrétiennes. A ce jour l’armée n’a pas donné satisfaction à la demande de la Cour.

Lors de l’audience du 30 novembre qui a duré 25 minutes, la Cour n’a pas accepté de sommer l’armée de ramener Berlanty à Bethléem pour y achever son dernier semestre d’études. Elle a posé à l’armée une série de questions sur la nature précise de la demande faite en 2005 par Berlanty de quitter Gaza et la formulation précise de la permission qui lui a été accordée en 2OO5 de quitter Gaza… L’avocat de Berlanty déclare qu’elle avait obtenu la permission de venir en Israël, ce qu’elle a fait. Qu’elle est ensuite venue à Bethléem - ce qui n’était pas interdit mais était légal – et qu’elle n’est depuis cette date pas revenue en Israël sans permission. Elle est restée en Cisjordanie légalement et s’est inscrite à l’université de Bethléem. L’armée n’est pas d’accord.
Au cours de l’audience, la Cour a renouvelé sa demande à l’armée de trouver une solution permettant à Berlanty de revenir à Bethléem terminer ses études, allant même jusqu’à suggérer à l’armée de fixer une caution financière significative pour garantir le retour à Gaza de Berlanty à la fin de ses études. L’armée a refusé de trouver une solution – mais, au lieu de cela, a argumenté sur une permission de voyager de l’année 2005 dont on ne trouve pas copie.
Au cours de l’audience, il a été demandé à la cour si elle souhaitait entendre le vice-chancelier de l’université ou l’un des autres représentant présents à l’audience. La Cour ne l’a pas souhaité.
Au cours de l’audience, il a été demandé à la Cour si elle souhaitait entendre la version de Berlanty. On a demandé à Berlanty de se lever pour se présenter au panel des trois juges, mais il ne lui a pas été demandé de s’exprimer.
A la fin de l’audience, la Cour a indiqué qu’elle allait continuer à délibérer mais n’a pas autorisé Berlanty à retourner à l’université de Bethléem.
Berlanty est rentrée à Gaza de façon à ne pas violer l’heure limite de sa présence autorisée à Jérusalem : 20h 00

Au bout de trois heures, la cour a pris la décision suivante : “Avant que nous arrêtions notre jugement, il est de nouveau demandé aux défendeurs de retrouver les documents relatifs à la demande de 2005 et au permis accordé. Les défendeurs soumettront une information sur le sujet au plus tard le 6 décembre 2009 à 10h00. Si les documents sont retrouvés, les défenseurs les joindront aussi.”

J’espère que mon prochain email sera plus joyeux – mais ne perdons pas espoir au moment où nous entrons dans le temps de Noël lors duquel le Prince de la Paix est venu habiter parmi nous, ici à Bethléem.


Avec la profonde gratitude de Berlanty à Gaza et de nous tous ici à Bethléem,
Frère jack

Proposition de lettre :

DESTINATAIRES : information@paris.mfa.gov.il
cogatspokesman@gmail.com

Cc : UsConGenJerusalem@state.gov

TEXTE :

Monsieur l’Ambassadeur,
Monsieur le Major général,
Monsieur le Consul général,


J’ai l’honneur d’attirer une nouvelle fois votre attention sur la situation de Mademoiselle Azzam Berlanty. Tout en respectant les procédures de justice, et les circonstances du conflit qui affecte votre pays, il reste impératif d’apporter une réponse humaine à cette situation de détresse humaine, comme à d’autres semblables par ailleurs. Il appartient à la volonté politique que vous représentez de trouver les initiatives propres à faire que la loi soit au service de l’être humain plutôt que l’inverse.


Berlanty Azzam, jeune étudiante de 22 ans, qui achève ses études à l’université de Bethléem où elle est inscrite depuis 2005 a été arrêtée le 28 octobre à l’occasion d’un contrôle et transférée sans ménagements, les yeux bandés et les mains liées, par l’armée à Gaza. Elle n’est accusée d’aucun acte répréhensible et avait obtenu un permis pour se rendre de Gaza à Bethléem en 2005. Elle se trouvait donc de façon tout à fait régulière à Bethléem, avec pour seul tort que ses papiers d’identité portaient Gaza comme lieu de naissance.


Deux audiences de la Haute Cour ont été tenues au cours desquelles la Haute Cour a demandé à l’Armée de lui permettre de revenir à l’université de Bethléem terminer ses études, son examen de fin d’études étant prévu dans quelques semaines. Cette université, sponsorisée par le Vatican, est dirigée par les frères des Écoles Chrétiennes. A ce jour l’armée n’a pas donné satisfaction à la demande de la Cour.


Lors de l’audience du 30 novembre qui a duré 25 minutes, la Cour n’a pas accepté de sommer l’armée de ramener Berlanty à Bethléem pour y achever son dernier semestre d’études. Elle a posé à l’armée une série de questions sur la nature précise de la demande faite en 2005 par Berlanty de quitter Gaza, et le libellé précis de l’autorisation qui lui a été accordée en 2OO5 de quitter Gaz. L’avocat de Berlanty déclare qu’elle avait obtenu la permission de venir en Israël, ce qu’elle a fait. Elle s’est ensuite rendue à Bethléem - ce qui n’était pas interdit, mais légal – Depuis cette date, elle n’est pas revenue en Israël sans permission. Elle est restée en Cisjordanie légalement et s’est inscrite à l’université de Bethléem. Ce sur quoi l’armée n’est pas d’accord.
Au cours de l’audience, la Cour a renouvelé sa demande à l’armée de trouver une solution permettant à Berlanty de revenir à Bethléem terminer ses études, allant même jusqu’à suggérer de fixer une caution financière significative pour garantir le retour à Gaza de Berlanty à la fin de ses études. L’armée a refusé de trouver une solution. Au lieu de cela, elle a contesté une autorisation de voyager de l’année 2005 dont on ne trouve pas copie.
Au cours de l’audience, il a été demandé si la cour souhaitait entendre le vice-chancelier de l’université ou l’un des autres représentants, présents à l’audience. La Cour ne l’a pas souhaité.
Il a aussi été proposé à la Cour d’entendre la version de Berlanty. On a demandé à Berlanty de se lever pour se présenter devant les trois juges, mais il ne lui a pas été demandé de s’exprimer.
A la fin de l’audience, la Cour a indiqué qu’elle allait continuer à délibérer mais n’a pas autorisé Berlanty à retourner à l’université de Bethléem.
Berlanty est rentrée à Gaza afin de ne pas violer la limite horaire autorisée de sa présence à Jérusalem : 20h 00


Au bout de trois heures, la cour a pris la décision suivante : “Avant que nous arrêtions notre jugement, il est de nouveau demandé aux défenseurs de retrouver les documents relatifs à la demande de 2005 et au permis accordé. Les défenseurs soumettront une information sur le sujet au plus tard le 6 décembre 2009 à 10h00. Si les documents sont retrouvés, les défenseurs les joindront aussi.”


Dans l’espoir des mesures humanitaires fidèles à l’éthique juive à l’égard des étrangers, veuillez agréer, Monsieur l’Ambassadeur, l’expression de toute ma considération,


(Signature)

mercredi 2 décembre 2009

Prière pour le jeudi 3 décembre 2009

¤   Des jeunes adultes de Hollande se sont rassemblés pour constituer une nouvelle association « Jeunes Amis de Sabîl – Pays-Bas ». Le groupe cherche à établir le contact avec des jeunes s’intéressant aux questions de justice en Palestine et Israël en publiant une lettre circulaire mensuelle. Rendons grâce pour cette initiative, et prions pour la poursuite de l’engagement des chrétiens et des églises de Hollande.

¤   Au cours de ces derniers mois, le Ministère israélien de l’Intérieur a radicalement renforcé les restrictions affectant les internationaux qui désirent servir oui travailler en Palestine et en Israël. Beaucoup d’organisations (y compris Sabîl) constatent les effets de cette politique à travers un mouvement de plus en plus rapide des personnels, et les nouveaux moyens mis en œuvre en vue de davantage de bureaucratie. Rendons grâce pour tous ceux qui consacrent de leur temps et de leurs compétences à un service, et prions pour que prenne fin l’attitude hostile qui leur est manifestée. Dieu, dans ta grâce, transforme le monde.

¤   Mardi matin, un groupe de colons israéliens, accompagné de soldats en armes et de forces de police, a occupé le domicile des Rifka al-Kurd, à Sheikh Jarrah, banlieue de Jérusalem – Est. Les colons, a-t-on appris, ont fait état d’un arrêt de justice leur donnant l’autorisation d’en prendre possession. Conformément à un autre arrêt de justice qui les empêchait d’occuper la maison, la famille al-Kurd n’était pas chez elle quand les colons sont arrivés. Puisse cette injustice ne pas rester inconnue.

¤   Les conflits à l’intérieur d’Israël vont croissant. Les tensions entre ultra orthodoxes et juifs laïcs, les écarts entre soldats et colons, et l’augmentation du taux de criminalité sont autant de signes d’une société en crise, et divisée. Prions pour que les voix de la modération et de la justice puissent l’emporter, et pour qu’Israël reconnaisse « les choses qui conduisent à la paix ».

vendredi 27 novembre 2009

Suite du cas de Berlanty Azzam

Message du frère Jack :

24 Novembre 2009 : Dernières nouvelles concernant Berlanty Azzam, étudiante de l’université de Bethléem (28 jours écoulés depuis son transfert les yeux bandés et les mains liées de Bethléem à Gaza)

Chers amis de l’université de Bethléem

“Trouvez une solution !”… c’est essentiellement ce qu’a dit aujourd’hui la Haute Cour israélienne à l’armée israélienne à propos de la situation de Berlanty Azzam.
Voici le lien avec le dernier communiqué de presse de Gisha [1] :


Pour dire les choses simplement, vous faites la différence !

Nous accueillons avec un espoir prudent les dernières nouvelles. La Haute Cour israélienne a reçu le rapport de l’armée israélienne et, très rapidement, formulé les décisions suivantes :
1 – demande une audience concernant Berlanty dans les 7 prochains jours.
2 –demande que l’armée israélienne prenne des dispositions pour résoudre cette question en sorte que Berlanty puisse retourner à Bethléem poursuivre ses études (avec peut-être une “caution” financière substantielle garantissant son retour à Gaza après l’obtention de son diplôme) et
3 – demande que l’armée israélienne prenne des dispositions pour que Berlanty soit présente à son audience prévue dans les7 prochains jours.

Rien n’est acquis. Nous prévoyons que la prochaine audience à la Haute Cour israélienne se tiendra dimanche ou lundi, 29 ou 30 novembre.

Pouvez-vous prendre encore un peu de temps pour adresser un nouvel email :
1. à des personnalités élues de vos pays
2. à Mr. Daniel Rubinstein, Consul Général des États-Unis à Jérusalem:  UsConGenJerusalem@state.gov
3. au Major General (Res.) Amos Gilad, Coordinateur Général des Actions Gouvernementales dans les Territoires (Israeli Coordinator of Government Activities in the Territories (COGAT)) : cogatspokesman@gmail.com

Blessings to you,
Frère Jack Curran, vice-président de l’université

Vous pouvez aussi adresser un message au consul de France à Jérusalem :
diplomat@france-jeru.org

Message proposé, avec sa traduction en français :

I am writing concerning Berlanty Azzam and her quest to complete the remaining weeks of classes for her bachelors’ degree at the Vatican-sponsored Bethlehem University in the West Bank that is conducted by the international religious order of the De La Salle Christian Brothers.
There is a hearing with the Israeli High Court within the coming 7 days – and they have proposed that the Israeli military find a way to bring Berlanty back to Bethlehem from Gaza so that she can complete her degree. With respect, I ask that on compassionate and humanitarian grounds you do all in your power to return Ms. Berlanty Azzam immediately to Bethlehem University to complete her studies.

I agree with what the US Counsel General in Jerusalem recently wrote about Berlanty’s case:
“The United States believes that education is a fundamental right and a force for moderation. As Secretary Clinton remarked in her speech at the Forum for the Future on November 3 in Morocco, the United States is actively committed to increasing educational opportunities for students. This would apply to students such as Berlanty Azzam. We hope to see Berlanty Azzam’s case resolved in a positive manner soon, so that she can complete her degree and go on to realize her educational and professional aspirations.”

Thank you for your prompt attention to this request. I await your response.

Je m’adresse à vous à propos du cas de Berlanty Azzam et de sa demande de pouvoir suivre les dernières semaines de cours pour achever ses études de licence à l’université de Bethléem sponsorisée par le Vatican en Cisjordanie et dirigée par la Congrégation Internationale des Frères des Écoles Chrétiennes.
Une audience de la Haute Cour israélienne est prévue dans le courant des 7 prochains jours – elle a déjà demandé que l’armée israélienne s’arrange pour ramener Berlanty de Gaza à Bethléem afin qu’elle puisse terminer ses études de licence. Je vous prie respectueusement, pour des raisons de compassion et d’humanité, de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour le retour immédiat de Berlanty Azzam à l’université de Bethléem afin d’y achever ses études.

Je suis d’accord avec ce que le Consul Général des États-Unis à Jérusalem a écrit récemment à propos du cas de Berlanty Azzam :
“Les États-Unis ont la conviction que l’éducation est un droit fondamental et une force de modération. Comme l’a fait remarquer la Secrétaire d’État Hillary Clinton dans discours au Forum pour le Futur le 3 novembre au Maroc, les États-Unis sont activement engagés dans le développement des possibilités d’éducation pour les étudiants. Cela devrait s’appliquer à des étudiants comme Berlanty Azzam. Nous avons l’espoir de voir le cas de Berlanty Azzam trouver bientôt une solution positive, en sorte qu’elle puisse terminer sa licence et réaliser ses aspirations en matière de formation et au plan professionnel.

Dans l’attente de votre réponse, je vous remercie d’accorder toute votre attention à cette demande.
_________________

Blessings to you,
Brother jack
--------------------------------------
Brother Jack Curran, FSC, PhD www.bethlehem.edu
Vice President for Development Tel: 972-2-274-1241
Bethlehem University Fax: 972-2-274-4440
Location Address: Rue des Freres, Bethlehem, Palestine
Temporary Mailing Address: PO Box 11407, 92248 Jerusalem
USA Office Br. Dominic Smith, FSC, 3025 Fourth St, NE - Suite 330, Washington, DC 20017- 1102
Email: dsmith@bethlehem.edu
----------------------------------------------------------------------
[1] NDT : Gisha est une organisation israélienne à but non lucratif, fondée en 2005 pour protéger la liberté de mouvement des Palestiniens, en particulier ceux qui résident à Gaza. Gisha défend les droits garantis par le droit international et le droit israélien.

mercredi 25 novembre 2009

Prière pour le jeudi 26 novembre

Ø Dimanche, nous allons entrer dans le temps de l’Avent. Tout au long du mois, Sabîl animera des manifestations œcuméniques pour les chrétiens palestiniens sur le thème “ La vraie lumière qui éclaire tout être humain venait dans le monde” (Jean 1, 9). Bien que nous soyons issus de plusieurs traditions chrétiennes, prions pour que nous puissions trouver l’unité dans notre engagement commun de vivre en accord avec le message apporté par la naissance du Christ.

Ø Mardi, des frappes aériennes d’Israël à Gaza ont tué deux personnes, en ont blessé quatre et rasé plusieurs immeubles. Les frappes étaient semble-t-il une riposte à des tirs de projectiles dans le désert du Néguev par des militants de Gaza non identifiés. Prions avec l’espérance que la justice et la paix mettent fin au cycle des violences qui se poursuivent à Gaza.

Ø La semaine prochaine, le Comité Central Mennonite (MCC), partenaire de longue date de Sabîl, célèbrera ses 60 années de présence en Palestine et en Israël. Remercions Dieu pour la collaboration et le partenariat précieux du MCC avec Sabîl et des douzaines d’autres organisations qui travaillent dans le domaine de la construction de la paix, de l’éducation, du secours, du développement et du plaidoyer.

Ø L’Aïd al-Adha ou fête du sacrifice, la plus grande fête du calendrier islamique, commence vendredi. Au moment où les musulmans du monde entier célèbrent l’obéissance d’Abraham à Dieu, prions pour qu’ils jouissent d’une fête bénie en famille et avec leurs amis. Prions aussi pour que les musulmans qui vont se rendre à Jérusalem au cours de la semaine prochaine puissent accéder à la mosquée Al-Aqsa.

mardi 24 novembre 2009

Soutien à Berlanty Azzam

23 Novembre 2009 

Dernières nouvelles de Berlanty Azzam, étudiante de l’université de Bethléem 27 jours après son transfert de Bethléem à Gaza, les yeux bandés et les mains liées…
Que s’est-il donc passé hier au tribunal israélien concernant Berlanty ?
L’armée israélienne devait avec le tribunal fournir un rapport sur l’audience administrative tenue avec Berlanty le 17 novembre ( après l’avoir transférée de force de Bethléem le 28 octobre).
Cependant, au lieu de fournir un rapport, l’armée israélienne a demandé un délai supplémentaire de deux jours.
La Haute Cour d’Israël a accordé ce délai jusqu’au 24 novembre à 11h.
Il semble que nous en sommes aux dernières heures avant la prise de décision de la Haute Cour israélienne. Nous ne pouvons pas abandonner maintenant ! UN appel à agir – s’il vous plait !
S’il vous plait, veuillez adresser un dernier message email aux personnalités suivantes (et à d’autres auxquelles vous pourriez penser – tels que vos journaux, vos élus, etc.)

Mr. Daniel Rubinstein
US Counsel General in Jerusalem
UsConGenJerusalem@state.gov

Mr. Euhud Barak
Israeli Deputy Prime Minister and Minister of Defense:
pniot@mod.gov.il

Major General (Res.) Amos Gilad
Israeli Coordinator of Government Activities in the Territories (COGAT)
cogatspokesman@gmail.com

Mr. Netanyahu
Israeli Prime Minister
Prime.Minister'sOffice@it.pmo.gov.il

Israeli Minister of Education Gideon Sa'ar:
info@education.gov.il

Israeli Minister of Justice Yaakov Ne'eman:
mancal@justice.gov.il

Your own elected representatives in the USA, UK, Ireland, Spain, The
Netherlands, Philippines, Spain, Denmark, Canada, Italy, France, Germany,
etc.

Merci pour votre soutien – cela compte.
Frère Jack, vice-président de l’université de Bethléem 

Ci-dessous une formulation suggérée: 

I am writing concerning Berlanty Azzam who was forcibly removed by the Israeli
military from Bethlehem on 28 October 2009 and brought to Gaza blindfolded and
handcuffed.
I agree with what Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu said at his Cabinet
meeting on Sunday, 22 November, in marking the International Day for the
Elimination of Violence against Women being held in Israeli this week - and I ask that
you request that he immediately apply this statement in the case of Berlanty Azzam.
Prime Minister Netanyahu said, "The most important thing is to hold to a policy of
zero-tolerance for violence in general and for violence against women in particular.I
think that while this will resonate in Israeli society."
Berlanty is a 22 year old woman who has been enrolled at Bethlehem University
without any incident or accusation of harm or injury to anyone since August 2005.
I respectfully request that on compassionate and humanitarian grounds you do all in
your power to require Prime Minister Netanyahu and his government to immediately
return Ms. Berlanty Azzam to Bethlehem University to complete her studies.
When Berlanty was taken away from Bethlehem on 28 October, she had just 2 months
to go before completing her bachelors' degree at the Vatican-sponsored and De La
Salle Christian Brother conducted Bethlehem University.
Each day that Berlanty is not allowed to return to classes at Bethlehem University,
she is losing a valuable academic day towards the completion of her bachelors'
degree.
I believe that education is a fundamental right and a force for moderation. As
Secretary Clinton remarked in her speech at the Forum for the Future on November 3
in Morocco, the United States is actively committed to increasing educational
opportunities for students. This applies to students such as Berlanty Azzam.
I hope to see Berlanty Azzam's case resolved in a positive manner immediately so that
she can complete her degree and go on to realize her educational and professional
aspirations.
I believe permitting her to return to Bethlehem to complete her degree also would be
in the spirit of the "Agreement on Movement and Access" negotiated between the
Palestinian Authority and Israel in 2005 - as well as in the spirit of other international
agreements Israel has signed.


Thank you for your prompt attention to this request. I await your response.

Je vous écris au sujet de Berlanty Azzam qui a été expulsée de force de Bethléem par l’armée israélienne le 28 octobre 2009 et transférée à Gaza les yeux bandés et les mains liées.
Je souscris aux propos tenus par le Premier Ministre Benyamin Nertanyahu dimanche 22 novembre lors de la réunion de son cabinet, à l’occasion de la journée internationale pour la suppression de la violence contre les femmes qui se tient en Israël cette semaine – et je vous prie de demander qu’il applique immédiatement cette déclaration au cas de Berlanty Azzam. Le Premier Ministre Netanyahu a déclaré : “ la chose la plus imortante est d’appliquer une politique de zéro tolérance à la violence en général et en particulier à la violence à l’encontre des femmes. Je pense cela au moment où cette volonté trouve un écho dans la société israélienne.”
Berlanty est une femme de 22 ans qui a été inscrite à l’université de Bethléem depuis août 2005 sans le poindre incident ni la moindre accusation de tort ou de blessure envers quiconque.
Je vous prie respectueusement, pour des motifs de compassion et d’humanité, de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour demander au Premier Ministre Netanyahu et à son gouvernement de ramener immédiatement Melle Berlanty Azzam à l’université de Bethléem pour y terminer ses études.
Lorsque Berlanty a été expulsée de Bethléem le 28 octobre, il ne lui restait que 2 mois à faire pour obtenir son examen de licence à l’université de Bethléem tenue par les Frères des Écoles Chrétiennes et sponsorisée par le Vatican.
Chaque jour où Berlanty se voit interdire le retour à l’université de Bethléem est une journée précieuse perdue pour achever son cycle de formation.
J’ai la conviction que l’éducation est un droit fondamental et une force de modération. Comme la Secrétaire d’État Clinton l’a déclaré dans son intervention au forum pour l’Avenir du 3 novembre au Maroc , les États-Unis s’engagent à accroître les possibilités d’éducation pour les étudiants. Cela s’applique à des étudiants comme Berlanty Azzam.
J’espère voir le cas de Berlanty Azzam résolu sans délai de façon positive afin qu’elle puisse terminer sa préparation à la licence et continuer à réaliser ses souhaits de formation et d’activité professionnelle.
Je suis convaincu qu’en lui permettant de revenir à Bethléem pour terminer sa formation serait conforme à l’esprit des “Accords en matière de déplacements et d’accès” négociés entre Israël et l’Autorité Palestinienne en 2005 – et aussi dans l’esprit d’autres accords internationaux souscrits par Israël.
Merci de répondre rapidement à cette demande.
--------------------------------------
Brother Jack Curran, FSC, PhD www.bethlehem.edu
Vice President for Development Tel: 972-2-274-1241
Bethlehem University Fax: 972-2-274-4440
Location Address: Rue des Freres, Bethlehem, Palestine
Temporary Mailing Address: PO Box 11407, 92248 Jerusalem
USA Office Br. Dominic Smith, FSC, 3025 Fourth St, NE - Suite 330, Washington, DC 20017-1102
Email: dsmith@bethlehem.edu
----------------------------------------------------------------------

Journée Mondiale de prière pour Gaza le 20 décembre 2009

Présentation de la journée mondiale de prière pour Gaza,
le 20 décembre 2009

Le père Manuel Musallam, né à Bir Zeit, était prêtre à Gaza pendant 14 ans, sans pouvoir la quitter. En mai dernier, il a pris sa retraite, fatigué, épuisé par ce qu’il a enduré aux côtés de son peuple, essayant de le soutenir et l’aider par toutes ses forces, sans distinction politique, religieuse ou idéologique. Ses appels au secours, le monde les a trop peu entendus. Ses mises en garde contre la manipulation politique et le danger des extrémismes n’ont pas été prises en compte dans le monde. C’est à Gaza qu’il a laissé ses amis et tous ont pleuré à ses adieux, les musulmans et les chrétiens. Ils ont su voir en lui non seulement un prêtre mais un bâtisseur de la Paix qui ne se décourageait pas quand les briques de cet édifice s’écroulaient sous les bombes.
Il a pris sa retraite à Bir Zeit, non loin de Ramallah. Retraite de ses fonctions pastorales mais non de son engagement. Il est chargé par L’Autorité palestinienne, et soutenu par le Saint-Siège, d’organiser et diriger la Commission islamo-chrétienne et le Département des Chrétiens du Monde.
Ses amis musulmans lui ont souvent dit que c’est par lui qu’ils ont découvert le christianisme. Il est donc naturel que l’appel à la prière commémorative mondiale de l’attaque contre Gaza vienne de lui, ancien directeur de deux grandes écoles gazaouies.
Les ébauches de cette journée ont été peaufinées en septembre, lors de notre rencontre. Le triste anniversaire aura lieu le 27 décembre mais pour pouvoir rassembler et sensibiliser autant d’amis que possible, nous avons choisi le 20 décembre, jour où le patriarche de Jérusalem, Mgr Fuad Twal a prévu de donner la messe de Noël à Gaza, une semaine avant celle de Bethléem. Il y aura ainsi une communion à travers le monde avec ce peuple dont les médias nous parlent peu mais qui continue à souffrir dans l’enclos sans sortie physique ou morale, avec peu de lueur d’espoir ou d’espérance.
Cette prière a été écrite par Abuna Manuel, en arabe. Traduite ensuite en anglais, français, espagnol, italien, slovène, elle sera dite dans les églises et les temples sur presque tous les continents.
Abuna Manuel ne souhaite pas qu’elle bouscule l’ordre liturgique prévu pour ce 4e dimanche de l’Avent. En revanche, il serait heureux si nos voix se réunissaient, croyantes ou pas, en un vaste appel à la Paix et à la Justice.
En septembre, il a aussi exprimé le souhait d’organiser une collecte nommé « Un chocolat pour enfant de Gaza ». Par manque de temps cela n’a pu se faire pour le moment. Mais nous gardons bon espoir de pouvoir l’organiser à un autre moment, poursuivant notre étroite collaboration.
Nous vous invitons de faire connaître cette journée à tous ceux qui se sentent concernés par la souffrance injuste, innocente et inutile.
Duša Zgonec,
présidente de l’association
Jeunes Palestiniens en Chemin

________________
Contact avec le père Musallam : Telefax: 00972 02 2819 388
Mobile: 00972(0)599 602 320
Courriel : musallammanuel@yahoo.com


DE GAZA,
« Je vais donner libre cours à ma plainte,
Je vais parler dans mon amertume. » (Job 10,1)
Dieu notre Seigneur,
A Noël, il y a un an, notre désastre s’est emparé de nous telle une tempête.
« la frayeur viendra sur vous comme une tourmente »
(Proverbes 1,27)

« Ce jour est un jour de colère,
Un jour de détresse et de désarroi,
Un jour de tourmente et de ravage,
Un jour de ténèbres et d'obscurité, »
(Sophonie 1,15)

Nous étions affamés et assoiffés.
Nos enfants pleuraient, nous ne trouvions point de pain pour eux et point d’eau pour étancher leur soif ou pour leur donner l’illusion d’une tétine nourricière. En vain nous cherchions des animaux en nourriture. La disette a tué nos animaux, nos oiseaux.
Les fenêtres et les portes de nos maisons ont été soufflées par les détonations des bombardements et nous dépérissions dans le froid glacial de décembre et de l’hiver. Nos corps refroidis de peur, soif et faim n’ont pu raviver l’enfant blotti contre nous.
Des innocents mouraient, les enfants surtout, les femmes et les vieillards. Nous étions dehors, dans les rues et dans les cimetières, sous de lourdes frappes, pleurant et hurlant, mendiant pitié, consolation et protection. Le monde indifférent dédaignait notre peine et se gardait dans un silence étrange à notre égard. Les tanks et les bombes nous écrasaient et nous étions profondément humiliés.
Un an après, nous souffrons toujours de faim, de soif, de manque, du siège, d’humiliation, de peur. Plus de 12.000 familles, dont les membres ont été enlevés ou emprisonnés dans des geôles israéliennes, seront privées pour des décennies d’affection et d’amour.
Entre l’esclavage et la mort il n’y a vraiment pas de choix et si la mort s’impose à nous, nos cœurs lui feront face avec courage pour mourir honnêtes, braves et forts.

Prière
Seigneur, puissions-nous entendre le cri des victimes des conflits, en particulier aujourd’hui, ces voix qui s’élèvent de Gaza.
Pardonne notre surdité, ouvre nos oreilles et nos cœurs à l’angoisse et à la détresse de notre prochain.
Et nous nous associons à la prière de nos frères et sœurs de Gaza.
Mais toi, Dieu, en qui nous faisons confiance, ne retiens pas ta bonne grâce loin de nous. Ne te tiens pas si loin.
« Pourquoi te caches-tu dans les temps de détresse ? » (Ps 10,1)
Seigneur Jésus, quand tu es passé par Gaza, fuyant la menace d’ Hérode, nous te protégions. Nous te nourrissions. Nous réchauffions ton corps affaibli. De grâce, reviens à Gaza et aide-nous, donne-nous ta paix promise. N’oublie pas ton peuple : 200 catholiques, 3500 orthodoxes, 30 baptistes, 10 anglicans et un million et demi de musulmans.
Aie pitié de nous, Dieu. Donne-nous la paix fondée sur la justice, la croissance et la charité. Fais-nous comprendre ces paroles :
« Réjouissez-vous dans l’espérance. Endurez dans la détresse. Consacrez-vous assidûment à la prière. » (Rm 12,12)
Renforce-nous dans nos détresses « afin que, par l’encouragement que nous recevons nous-mêmes de Dieu, nous puissions encourager ceux qui sont dans toutes sortes de détresses ! » (2 Co 1,4)
Seigneur, même si nous sommes assoiffés de paix et affamés de justice
« Qui nous séparera de l’amour du Christ ? La détresse, l’angoisse, la persécution, la faim, le dénuement, le péril ou l’épée ? »
(Romains 8,35)

Nous sommes à toi. Sauve-nous !
Seigneur de Paix, fais pleuvoir la Paix sur nous,
Seigneur de Paix, accorde la Paix sur notre terre,
Aie pitié, Seigneur, de tout ton peuple
Mais ne nous laisse pas, Seigneur, dans l’inimitié à jamais !

Père Manuel Musallam, Bir Zeit, 5 novembre 2009

mercredi 18 novembre 2009

Prière pour le jeudi 19 novembre

Ø Sabîl-Nazareth célèbre le 16ème anniversaire de l’activité de Sabîl en Galilée en organisant un concert pour collecter des fonds le samedi 21 novembre. Remercions Dieu pour le travail remarquable de Sabîl-Nazareth par son témoignage de Chrétiens arabes d’Israël en faveur de la justice et de la paix. Puisse le travail de Sabîl en Galilée et dans l’ensemble d’Israël inciter beaucoup de gens à travailler l’entente, au respect de l’autre et à l’égalité.

Ø Vendredi, des membres du clergé palestinien vont se réunir à Beit Sahour, près de Bethléem pour aider à la préparation de la conférence de Sabîl pour le clergé qui se tiendra en février. Ce groupe de responsables de diverses Églises va aussi réfléchir avec Sabîl aux stratégies en vue de rencontres interreligieuses en Cisjordanie. Prions pour que cette journée soit fructueuse, qu’elle produise beaucoup d’idées et beaucoup d’engagement.

Ø Au cours de la semaine passée, dans la vieille ville de Jérusalem, des tensions entre des groupes de jeunes gens ont accru les tensions entre des éléments des communautés chrétienne et musulmane. Prions pour que la paix soit rétablie et que cela serve à rappeler l’importance de relations saines entre voisins de différentes confessions. Prions aussi pour que les incitations à la division interne ne serve pas à contrarier le progrès vers une paix juste.

Ø Des personnalités palestiniennes envisagent de demander au Conseil de Sécurité des Nations Unies de reconnaître un état palestinien qui soit totalement indépendant d’Israël. Cette nouvelle stratégie est suscitée par la frustration engendrée par l’absence de progrès des négociations. Prions pour que la décision à laquelle aboutira le Conseil de Sécurité, quelle qu’elle soit, soit fondée sur le droit international et pour qu’elle apporte justice et paix à la Palestine et à Israël.

mercredi 11 novembre 2009

Prière pour le jeudi 12 novembre 2009

Ø Le 9 novembre marque le 20ème anniversaire de la chute du mur de Berlin. Depuis cet évènement historique, divers murs nouveaux ont été érigés de par le monde, dont le mur de séparation construit par Israël en Cisjordanie. Prions pour que ce mur injuste et indiscutablement illégal soit démantelé. Puissions-nous arriver à reconnaître que tous les murs de peur finissent par faire obstacle à la justice et à la paix.

Ø Vendredi et samedi, Sabîl organise un programme communautaire à l’intention des Chrétiens de Jérusalem et de Galilée. Ces deux journées seront centrées sur le thème de “Retrouver nos racines”. Poésie, musique et amitié, le vendredi, seront suivies par une journée de prière et de réflexion le samedi. Au cours de la seconde Intifada, les communautés arabes israéliennes de Arrabi, Davr Hanna et Sakhneen ont eu plusieurs morts du fait de la police et de l’armée israéliennes. En allant visiter et écouter les familles éprouvées, prions pour que ces communautés sachent que leurs souffrances et leurs luttes continuelles n’ont pas été oubliées.

Ø Au cours de ces semaines qui nous conduisent vers Noël, on va trouver de plus en plus de touristes en visite sur les sites d’Israël et de Palestine. Prions pour qu’en découvrant des lieux importants de l’histoire, ils aient les yeux ouverts sur les réalités actuelles du peuple de cette terre. Puissent-ils avoir la curiosité et la perspicacité nécessaires pour poser les questions difficiles et voir vraiment la réalité autour d’eux.

Ø Le 15 novembre marque le Jour de l’Indépendance Palestinienne. Malheureusement, après les 21 années qui se sont écoulées depuis la déclaration de l’Etat, la véritable indépendance n’est pas encore une réalité. Remercions tous les gens et toutes les organisations qui travaillent à l’obtention d’une paix juste qui permettra à la Palestine de connaitre une réelle indépendance. Prions pour le changement et la liberté dans cette terre.

mercredi 4 novembre 2009

Prière pour le jeudi 5 novembre 2009

Ø Mardi matin, des colons et des gardes armés sont entrés chez Rivka al-Kurd dans le quartier de Sheikh Jarrah de Jérusalem et en ont expulsé par la force la famille avec ce qu’elle possédait. La police israélienne se tenait à côté et n’est pas intervenue pour empêcher le crime. C’est la troisième famille expulsée par des colons à Sheikh Jarrah depuis août. Dieu tout-puissant, dans notre détresse, nous te demandons pitié et justice.

Ø Le Rev. Naim Ateek s’est adressé à un rassemblement de leaders musulmans de Naplouse et de Bethléem dimanche au sujet du sionisme chrétien. Les explications du Rev. Ateek avaient pour but de lever la confusion entre la théologie du sionisme chrétien et les convictions des Chrétiens palestiniens concernant l’État d’Israël. Les Sheikhs et les imams qui y ont participé ont beaucoup apprécié la conférence et ont déjà commencé à programmer des dialogues futurs avec la communauté chrétienne. Remercions pour cela et pour d’autres occasions d’aborder des malentendus et de développer des liens plus étroits entre les différentes communautés.

Ø De bonne heure dimanche matin, un israélien armé a été surpris en train d’essayer d’entrer dans la mosquée al-Aqsa. Les gardes craignent qu’il n’ait eu l’intention de commettre un massacre au cours des prières du matin. Rendons grâce que ce désastre ait été évité et prions pour que Jérusalem ne sombre pas dans la violence de la part d’extrémistes.

Ø Le 5 novembre marque la fin de la Visite de Témoignage de Sabîl. Prions pour que les participants retournent dans leurs communautés en avocats informés et enthousiastes d’une paix juste en Palestine et en Israël. Puissent les paroles et les actes de ces ambassadeurs toucher les esprits et les cœurs de ceux qui peuvent conduire les décideurs à mettre fin à l’injustice et aux souffrances des opprimés.

mercredi 28 octobre 2009

Prière pour le jeudi 29 octobre 2009

Ø Des intellectuels et des dirigeants chrétiens et musulmans vont se réunir à Beit Sahour dimanche et lundi pour un atelier sur le sionisme chrétien, une question qui préoccupe beaucoup les Palestiniens. Prions pour que cette rencontre abatte des murs de suspicion et, au-delà, serve à construire des ponts de compréhension.

Ø “Notre maison est en feu!” est le titre provocateur pour une journée de rencontre organisée par les Amis de Sabîl des Pays Bas pour amener l’Église protestante des Pays Bas à prendre conscience de son double engagement envers Israël et les communautés chrétiennes de Terre Sainte. Prions pour l’orateur chargé du discours programme, le professeur Yohanna Katanacho (un Chrétien palestinien de Nazareth), pour tous les intervenants et participants, afin que leurs réflexions aident l’Église à rester ferme en faveur de la justice et des droits des opprimés.

Ø La visite de témoignage de huit jours de Sabîl commence jeudi avec une célébration, une communion et un déjeuner à la cathédrale Saint Georges à Jérusalem. Prions pour tous ceux qui y sont engagés, pour des voyages sûrs, des échanges approfondis et des réponses signifiantes.

Ø Prions pour que la paix puisse être rétablie sur l’Esplanade des Mosquées (le Mont du Temple) où des explosions de violence ont eu lieu à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. Des groupes extrémistes israéliens et des autorités continuent à visiter la zone réservée et cela s’est traduit par des manifestations de fidèles à la mosquée al-Aqsa. Ces provocations ainsi que d’autres comme les démolitions de maisons et les expulsions maintiennent un climat de tension permanente à Jérusalem et en Cisjordanie.

mercredi 21 octobre 2009

Prière pour le jeudi 22 octobre 2009

Ø La saison de la cueillette des olives est en cours – et nous avons ici une vague de chaleur exceptionnelle pour la saison. Sabîl a organisé la cueillette à Jeeb, Kufr Kassim et Birzeit. La Joint Advocacy Initiative (Initiative commune de plaidoyer) des YWCA et YMCA (Associations de jeunes femmes et de jeunes hommes chrétiens), ainsi que de nombreux autres groupes, accueillent des volontaires pour la cueillette des olives. Prions pour la santé et la sécurité de tous les volontaires locaux et internationaux et pour que les fermiers palestiniens, qui souffrent de la violence permanente des colons et de l’arrachage de leurs oliviers, puissent bénéficier d’une récolte paisible.

Ø La Visite de Témoignage de Sabîl va commencer le jeudi 29 octobre. Prions pour tous ceux qui en assurent la préparation, prions pour que la visite se déroule sans heurts et prions pour tous les intervenants, pour que leurs voix soient entendues et leurs expériences valorisées. Prions aussi pour les participants qui arrivent ces jours-ci : pour qu’ils manifestent énergie, capacité d’adaptation, ouverture d’esprit et curiosité intellectuelle.

Ø Prions pour les participants, dont ceux de Sabîl et de Wi’am[1], qui vont prendre part à une rencontre Opération 1325 (en référence à la résolution des Nations Unies) à Chypres la semaine prochaine consacrée à l’impact du conflit armé sur les femmes et aux contributions des femmes pour la prévention des conflits, le maintien de la paix, la résolution des conflits et la construction de la paix.

Ø Des films palestiniens ont obtenu récemment des récompenses ; des poètes et des écrivains palestiniens ont été distingués ; des groupes de théâtre palestiniens font des tournées à travers le monde pour partager leurs créations. Jérusalem est la Capitale de la Culture Arabe pour cette année. Rendons-en grâce et prions pour tous ceux qui, au milieu de l’injustice et d’une occupation cruelle, peuvent encore faire preuve d’imagination et inciter l’esprit humain à s’élever au-dessus de la brutalité et à s’épanouir dans la beauté de la créativité.

Cette semaine, nous nous associons au Conseil Œcuménique des Églises pour prier à l’intention :
de l’Inde, du Pakistan, du Sri Lanka
http://www.oikoumene.org/fr/documentation/cycle-de-priere.html

[1] Ndt : Wi’am est une organisation de base qui milite au sein de la société palestinienne pour une société juste et démocratique.

jeudi 15 octobre 2009

Prière du 15 octobre 2009

¤ Lundi, Israël a démoli plusieurs maisons à Jérusalem Est. Ce sont les premières démolitions depuis des semaines. Plus de 24 000 maisons palestiniennes ont été détruites par Israël depuis 1967. Prions pour les familles qui viennent de se trouver à la rue, et qui dorment sous des tentes à Jérusalem cette semaine. Sachons ne pas demeurer silencieux face à une telle injustice. Puissions-nous élever nos voix et agir pour mettre fin à cette pratique.

¤ En septembre, 15 Palestiniens ont été tués et plus de 230 ont été kidnappés ou arrêtés par les forces israéliennes. Prions pour que ces chiffres soient perçus comme autant de tragédies individuelles et pas simplement comme des nombres au cours d’un long conflit. Puissions-nous avoir la compassion de considérer quelques unes des peines et des pertes dans chacun de ces récits.

¤ La récolte des olives a commencé en Palestine. Beaucoup de communautés ne sont pas en mesure d’avoir accès à leurs arbres à cause du mur de séparation ou de la proximité de colonies, ou encore à cause d’interventions de l’armée. Prions pour tous ceux qui vont participer à cette récolte en dépit des obstacles. Prions pour les jeunes adultes de Sabîl qui vont aider les communautés en situation de risque à récolter leurs olives au cours des prochaines semaines.

¤ Le 20 octobre va marquer le 16ème anniversaire du Centre oecuménique de Théologie de la Libération Sabîl. Nous sommes reconnaissants pour les prières généreuses, le soutien et la solidarité témoignés par des milliers de gens du monde entier dans le combat que nous menons pour faire que le message de justice et de paix s’applique à notre situation d’aujourd’hui.

Cette semaine, nous joignons nos prières à celles du Conseil Œcuménique des Églises pour :

le Bangladesh, le Bhoutan, le Népal
http://www.oikoumene.org/fr/documentation/cycle-de-priere.html